Chronique cinévore: Deadpool

Je suis assez fan de Marvel et sans être une inconditionnelle de Deadpool j’avoue que j’attendais ce film avec impatience. Après le traitement déplorable du personnage dans Wolverine origins, il était évident que ce personnage complexe, différents et ultra populaire méritait mieux.

Synopsis

Deadpool, est l’anti-héros le plus atypique de l’univers Marvel. A l’origine, il s’appelle Wade Wilson : un ancien militaire des Forces Spéciales devenu mercenaire. Après avoir subi une expérimentation hors norme qui va accélérer ses pouvoirs de guérison, il va devenir Deadpool. Armé de ses nouvelles capacités et d’un humour noir survolté, Deadpool va traquer l’homme qui a bien failli anéantir sa vie.

Autour du film

Ryan Reynolds reprend le rôle qu’il tenait dans X-Men origins.

Le film est un véritable record au box office.

L’avènement de l’anti-héros

Parce qu’il ne suffit que du générique pour s’en rendre compte, Deadpool n’est pas un film Marvel comme les autres. C’est un héros particulier qui prend toujours les mauvaises décisions et qui a un humour à tout épreuve. Son histoire est complexe et si il y a une seule chose que je regrette dans le film c’est que certains pans de son histoire ne sont pas exploité. Mais c’est un film et la contrainte de la durée oblige à passer sous silence certains éléments.

J’aime le fait que le film soit monté un peu dans le désordre. C’est bien fait et maitrisé. J’ai aimé ce générique totalement surréaliste qui, dès les premiers instants où l’on voit apparaitre à l’écran “réalisé par un blaireau trop payé”, nous fait mourir de rire.

Tout le monde adore les anti-héros et c’est sûrement pour ça que Deadpool fonctionne à merveille.

Les références

Vous avez sûrement dû voir fleurir les articles qui font la liste des références qui sont dans le films. Il y en a plus d’une centaine. Sans surprise il y a beaucoup de référence à X-men, à Wolverine, aux créateurs de Deadpool et aux deux films de super héros dans lesquels Ryan Reynolds a joué: wolverine origins et green lantern. Là où on est un peu plus étonné c’est quand on se rend compte du nombre impressionnant de références à Hello Kitty (mais c’est normal, Deadpool adore Hello Kitty) ou encore la référence à coup de foudre à Notting Hill à la fin que je suis, en bonne fan de ce film, la seule à avoir remarqué ahah.

Il y en a tellement que un seul article ne suffirait pas. J’adore quand les films exploitent les références culturelles et geek, cela renforce la plongée dans l’univers du film et la concomitance des univers du film et de la réalité.

La chute du 4e mur

La particularité de Deadpool réside aussi dans le fait qu’il est le seul personnage de l’univers Marvel a avoir conscience d’être dans une bande dessinée. Il lui arrive régulièrement de s’adresser au lecteur et ainsi dans le film il s’adresse souvent aux spectateurs. Cet élément, bien qu’étant une dérive de la folie du personnage, mets aussi beaucoup de dynamisme dans la narration. Quand Colossus lui dit qu’il va l’emmener au professeur Xavier et que Deadpool répond “Stewart ou McAvoy, on s’y perd dans votre chronologie”, cela renforce le jeu du 4e murs (désignant l’écran de cinéma) car en plus de s’adresser au public, il fait référence à des éléments de la vie réelle à travers le nom des acteurs qui incarnent le personnage à l’écran.

Et sinon?

Les acteurs sont bons, les combats sont bien faits, le scénario maitrisé, il n’y a rien qui m’a fait grincé des dents, on se marre tout du long.

Franchement, que demande le peuple?

J’allais oublier, la BO est top aussi!

Rendez-vous sur Hellocoton !

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *